Secret of Mana: Redux

Secret of Mana: Redux

About

Secret of Mana: Redux

Official art of the mobile version of Secret of Mana

Merci mille fois à cetteSara et Vulkjr!

Secret of Mana n’est pas mon jeu préféré.

Ce n’est même pas mon jeu préféré de la SNES. Mais alors pourquoi ai-je rassemblé tant de contenu sur ce jeu si je ne l’aime pas plus que les autres jeux me demanderiez-vous ?

Pendant longtemps Secret of Mana avait une part de mystère. Certes, il est facile de trouver des FAQs, des solutions, les statistiques des personnages, etc. mais rares sont les informations détaillées au sujet de son développement et de ses sources d’inspirations. Ceci est assez curieux considérant toute l’information que les autres JRPG de cette époque possèdent.

Copie personnelle du manuel du logiciel de Nasir Gabelli, utilisé lors du développement
Twitter: Romero

Jusqu’il y a quelques années à peine, la plupart des conversations sur Secret of Mana tournait encore autour de son développement mouvementé. Le jeu était initialement destiné pour le module complémentaire Sony CD-ROM prévu pour la SNES. L’espace supplémentaire apporté par le CD-ROM promettait des jeux plus longs avec des éléments plus complexes. Mais l’histoire a pris un tout autre tournant. Nintendo, n’ayant pu obtenir l’entente désirée avec Sony, a préféré signer un contrat avec son rival Phillips. Ceci a d’ailleurs provoqué une rupture irrémédiable avec Sony, et ainsi le projet du module CD-ROM est tombé à l’eau. Sony se servira de cette base pour lancer sa première console : la Playstation.

Tout cela s’est produit pendant le développement du jeu, ainsi, ce qui était planifié a dû être considérablement réduit. Selon Hiromichi Tanaka, le co-créateur du jeu, « Une quantité, en fait, une quantité faramineuse de matériel a disparu lorsque le module CD-ROM a été abandonné… Nous avons dû refaire le jeu à partir de zéro. Je crois que près de la moitié de ce qui aurait dû être là depuis le début a dû être retiré. » (Entrevue de 2006 dans LEVEL, traduction libre) Beaucoup de matériel a été morcelé, puis réutilisé dans de futurs jeux de Square comme Chrono Trigger. Mais même après la réduction du projet, les développeurs ont dû lutter contre les limitations techniques de la console en plus d’un temps de développement court : la date buttoir étant la fin 1993. Finalement, plus de contenu a dû être retiré.

Guide d’achat Super NES (mars 1993)

De plus, beaucoup de choses ont déjà été écrites sur la traduction anglaise originale. À ce jour, c’est le seul jeu du genre qui n’a pas eu de traduction complète. Étant seul à traduire pour la version américaine de Secret of Mana, Ted Woolsey a fait face à de nombreux défis. D’une part, la division américaine de Nintendo avait des politiques strictes de censure concernant le langage offensant, les blasphèmes, les thèmes matures, les références religieuses et la violence. D’autre part, le jeu était sur un échéancier serré dû au développement tumultueux. Ça ne laissait alors à Woolsey qu’à peine un mois pour traduire un script qui était encore en cours d’édition, et dont les lignes étaient éparpillées dans la cartouche du jeu. Enfin, les kanas japonais peuvent exprimer beaucoup de choses en peu de caractères, contrairement à l’anglais, forçant alors Woolsey à réduire à plusieurs reprises la traduction, la simplifiant du coup énormément. Au bout du compte, la localisation américaine de Secret of Mana aurait approximativement 75% moins de texte qu’une traduction plus fidèle de Seiken Densetsu 2 (si on se base sur les traductions amateures faites par les fans).

Prototype de la Super NES « PlayStation »
Wikipedia : par Source (WP:NFCC#4)

Avant que je ne débute ce projet, des captures d’écran préliminaires avaient fait surface sur des sites comme Unseen64, et montraient un jeu bien différent de la version finale. On trouvait également en ligne quelques images de la carte du monde par-ci par-là. De temps à autre, on pouvait voir passer sur Twitter des dessins datant de la sortie du jeu, souvent suivis d’extraits provenant de guides japonais qui n’étaient pas disponibles en anglais. Seulement deux traductions partielles faites par des fans du jeu existaient. Flying Omelette, GameFAQs et tcrf.net ont scruté davantage le jeu, découvrant des détails surprenants qui laissaient entrevoir un jeu beaucoup plus grand et complexe que celui paru officiellement.

En somme, tous ces éléments ont motivé la création de Secret of Mana : Redux, un blogue visant à dévoiler le mystère entourant ce jeu, puis un peu plus tard à le célébrer également. Honnêtement, je n’ai pas connaissance d’autres jeux SNES avec autant de matériel inutilisé ou encore avec une histoire aussi développée mais dont aussi peu d’éléments font partie du jeu en lui-même. En 2020, je me suis rendu compte que mon projet était devenu trop gros et complexe pour être contenu dans un blogue. C’est ainsi qu’est né le site manaredux.com.

Vous trouverez ici le portrait le plus détaillé de Secret of Mana à ce jour, bien que le « secret » lui-même reste encore insaisissable.